La vérité sur le bullet journal

La vérité sur le bullet journal

[edit : les visuels ont disparu suite à une opération de restauration visant à sauver le Blog d’un hackage, je les remettrai à mon retour de voyage 😉 ]

Au salon Créativa de Rouen j’ai rencontré des bujoteuses ou des bujoteuses en devenir. C’était génial de pouvoir discuter mais j’ai ressenti un malaise, chez presque toutes. Ce malaise avait 2 principales causes (qui se rejoignent)  :

  1. certaines ne se sentaient pas la créativité pour produire de beaux bullet journal alors elles n’osaient pas commencer
  2. certaines se disaient qu’elles n’auraient jamais le temps de faire un bullet journal comme elles en voyaient sur internet

 

J’étais gênée en entendant tout cela parce que je me suis rendue compte que j’avais contribué, tout comme mes copines blogueuses, à ce ressenti. Alors j’ai eu envie d’en parler et ça tombe bien, mes copines du Cercle des 4 carnets aussi ! Pour cette publication, nous seront 5 : Karolina, Elodie, Claire et Caro ! Alors nous voilà pour parler de la réalité du bullet journal.

 

⌈ Tout d’abord j’avais envie de m’excuser ⌋

 

Oui, je m’excuse parce qu’avec un blog, on a quelques fois tendance à entretenir des confusions. C’est aussi ce qu’il se passe avec Facebook ou instagram. Vous voyez des images, vous lisez des textes et vous vous demandez « Comment font toutes ces filles pour…. se lever à 5h du matin pour faire du sport ou écrire un livre…. faire des dessins d’illustratrices alors que ce n’est pas leur travail…. avoir le temps de faire une nouvelle recette par jour et bien présentée en plus…. ». Oui, c’est vrai ça, comment font-elles ?

Voici quelques réponses qui vous permettront de les descendre de leur pied d’estale 😉

  1. certaines sont devenues blogueuses professionnelles, c’est donc leur métier que de préparer des recettes, d’en faire des articles puis de les publier sur leurs blogs ou encore de présenter leur tenue de la semaine.
  2. certaines sont étudiantes et on donc plus de temps de libre que si elles avaient 3 enfants et un job
  3. Oui, certaines sont passionnées par un domaine (les planneurs, les fringues, la cuisine etc) et l’investissent à fond mais peut-être au détriment d’un autre.

Alors oui, quand on crée un blog, on veut mettre en avant les produits que l’on crée. Dans le cas du bullet journal, les photos dans les blogs, sur instagram ou sur pinterest sont sélectionnées, mises en valeur par un décor et des photos travaillées. Pour certaines, il s’agit de vraies pages qu’elles exploitent pour elles réellement, pour d’autres, il s’agit de pages créées explicitement pour faire beau et être affiché sur les réseaux sociaux. Mais sur les 15  blogueuses et les 50 instragameuses que vous suivez, cela ne représente qu’une infime proportion des personnes qui se sont mises au bullet journal.

Certaines ont plus de 50 000 followers sur Instagram, pensez-vous réellement que les 50 000 personnes font des pages aussi belles que ce que l’on voit sur Instrgram ? Ces bujoteuses qui font de très belles pages représentent peut-être 0,5% voire moins de celles qui ont adhéré au concept du bujo et qui se sont lancées ! Parce que celles qui font des pages plus classiques ne les prennent pas en photo pour les mettre sur Instagram.

Il faut donc absolument que nous redescendions sur terre car les réseaux sociaux permettent des choses très belles comme la large diffusion du concept du bullet journal ( ou des choses encore plus belles comme la diffusion de cagnottes solidaires lorsqu’il y a des sinistrés !) mais ils engendrent aussi un vilain phénomène : la comparaison !

 

⌈ Je vous demanderai donc de ne plus vous comparer⌋

Oui c’est un ordre :-p

 

Oui, c’est vrai ça… arrêtez de vous comparer ! Je sais que ce n’est pas aussi facile, que l’estime de soi n’est pas une composante que l’on prend beaucoup en compte à l’école ou dans les familles et qu‘une estime de soi mal construite amène à se comparer aux autres. Cependant, quel bénéfice tirons-nous de ces comparaisons ? Aucune. Vous ne savez pas qui se cache derrière les photos de bullet journal que vous voyez, vous ne savez pas le temps dont la personne dispose, si elle a pris des cours de dessin, si son métier est en lien avec le graphisme ou le dessin etc.

Je ne suis pas surhumaine, je me surprends aussi à me comparer de temps en temps. J’essaie alors de prendre de la hauteur, de me regarder faire et de me demander à quoi ça peut me servir d’avoir cette attitude. Ça suffit souvent à me couper dans mon élan 😉 

Alors si le concept du bullet journal vous plaît, comprenez la base ( quelques pistes ici), les recommandations un peu plus poussées ( quelques autres pistes ici) et lancez-vous ! Surtout ne vous laissez pas freiner par ce que vous voyez en ligne. Le bullet journal est un concept qui a pour vocation à vous aider à vous organiser, à planifier votre quotidien pour atteindre des objectifs et aller au bout de vos rêves. Il n’a pas pour vocation à vous faire devenir meilleure en dessin ou en calligraphie, ne l’oubliez pas !

 

⌈ Et enfin, je vais vous parler de la réalité ⌋

 

Je ne fais pas partie des blogueuses qui développent les motifs et autres dessins sur leur bullet journal. Pourtant, quand je publie un article, j’essaie de faire en sorte que la page prise en photo soit un minimum jolie. Ce n’est ABSOLUMENT pas le cas de mes autres pages qui sont d’un basique absolu voire même très brouillon parfois !

La vérité, c’est que pour que nos blogs soient suivis, il faut que les gens partagent nos pages, articles ou photos qui sont dans l’article –  (entre autre) et qu’ils ne risquent pas de partager des pages de bullet qui sont plus que basiques.

Je me tire peut-être une balle dans le pied, surtout en signant les photos mais je vais aller au bout de ma démarche. Je vous propose donc quelques pages moches/basiques ou inabouties de mon bullet :

 

 

En plus de ça, il y a de nombreuses pages dont je parle et que je n’ai pas exploitées personnellement. J’ai eu une idée, je l’ai trouvée bien, je me suis dit que ça pourrait servir à d’autres, j’ai crée la page et ne me la suis finalement pas appropriée. Tant pis. Et des pages non abouties il y en a plein dans mon bullet journal.

  • J’avais commencé à faire une page « calendrier éditorial », y a rien à faire, je publie au feeling et les articles me viennent comme des illuminations donc impossible de me tenir à un calendrier stricte.
  • j’avais commencé une page pour noter les idées d’itinéraire pour mon voyage au Japon, finalement j’ai préféré faire ça sur un brouillon parce que ça partait dans tous les sens.
  • J’avais commencé à faire une mind Mapp des solutions qui s’offriraient à moi à la fermeture de mon cabinet d’orthophonie, je ne l’ai finalement pas aboutie et ait continué mon cheminement en mode interne ( dans ma tête quoi !).
  • Je m’étais fait une page avec un planning hebdomadaire pour gérer mon quotidien, impossible à tenir aussi. Je me fais finalement confiance pour mener mes projets à termes sans avoir besoin de les fixer dans le marbre au quotidien.

 

Je m’arrête là mais vous avez compris le principe. En gros, pourquoi retrouve-t-on des pages non abouties ?

  1. ces pages ne nous sont finalement d’aucune utilité, nous les avons créées par mimétisme parce que nous avons bien vu qu’elles avaient du succès sur la toile
  2. nous ne sommes pas prêtes à la utiliser surtout en ce qui concerne certaines pages de développement personnel (quelques fois le temps est nécessaire pour intégrer de nouvelles idées en développement personnel)
  3. ces pages ne nous inspirent pas, nous avons besoin de les travailler différemment

 

Pour ma part, dans mon livre Mon Cahier Bullet Agenda ( que vous pouvez trouver sur Amazon* ou Cultura* ou Decitre* notamment), je parle de plus de 40 outils à mettre en place dans le bullet journal. Vous imaginez bien que je ne les utilise pas tous ! Enfin, si vous ne l’imaginiez pas, je vous le dis ! 😉 Ces outils, je vous les ai proposés parce qu’ils POURRAIENT vous être utiles. Mais ils ne peuvent certainement pas être utiles à toutes ! À vous de faire le tri en fonction de votre vie.

Pour ma part, il y a un 2 outils que je trouve super mais que j’ai quelques fois eu du mal à appliquer (mais je persévère parce que je suis persuadée de leurs bienfaits). Il s’agit :

  1. du habits tracker. Outil au top pour ouvrir les yeux sur ce que l’on fait (ou pas) au quotidien. Je trouve qu’il est difficile à appliquer, pour moi, sur un page mensuelle et quand je le fais, je préfère le faire en petite version sur ma page weekly log. Je ne le fais cependant pas toutes les semaines. Certaines semaines, je sens que j’aurai le loisir de mettre en place mes routines comme je le souhaite. D’autres semaines, je sens bien que je suis plus speed donc je ne fais pas mon tracker parce que je sais que je ne mettrai pas en place mes routines ou très peu. Mais là encore, ce n’est que MON vécu et non pas un vécu universel
  2. la page de gratitude. Il m’a été plus simple de faire le Challenge Gratitude que de faire une page de gratitude mensuelle. Cela demande beaucoup de rigueur et en fonction des moments de ma vie, j’en ai plus ou moins. Par contre, j’essaie d’appliquer ça mentalement régulièrement. Si je devais m’y remettre, je pense que je mettrai plutôt mes gratitudes dans la page weekly aussi.

 

Alors mes chères bujoteuses, je vous en conjure, si le concept du bullet journal vous plaît, LANCEZ-VOUS et faites fi de ce que font les autres. Faites ce qu’il vous plaît, faites des pages ratées, faites des pages simples, faites ce qui vous ressemble.

Go !

Powa ♣


 


* cet article comprend des liens affiliés, cela signifie que le site internet vers lequel vous êtes renvoyés me remercie en me versant une petite commission sans frais supplémentaire pour vous. Merci pour votre soutien 🙂 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une réaction au sujet de « La vérité sur le bullet journal »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cbbfd7aa8b6c756a3e6212edde7733f1GGGGG