Et puis j’ai caressé mon coeur

Et puis j’ai caressé mon coeur

 

 

Un jour j’ai eu mal, mal au coeur – le vrai -, mal parce que j’observais de la souffrance animale et que je ne pouvais pas agir. Je serrais les dents pendant plusieurs minutes après l’événement, je sentais que la boule au ventre ne passait pas, que le noeud dans la gorge était encore là. Et puis j’ai commencé à me caresser le coeur. Pour de vrai. J’ai posé ma main à plat au centre de ma poitrine et j’ai caressé mon coeur.

Je l’ai fait avec tendresse, avec douceur comme si je caressais le dos d’un enfant triste venu chercher du réconfort. Et c’est effectivement ce que j’ai fait, j’ai réconforté l’enfant et l’adulte triste que j’étais à ce moment-là. J’ai pris le temps pendant de très longues minutes de faire cette caresse qui m’a physiquement et symboliquement, réchauffé le coeur.

Cette attitude m’est venue naturellement, spontanément face à une souffrance. Puis j’ai décidé de l’appliquer à chaque fois que :

  • j’avais le coeur serré
  • j’avais le coeur lourd
  • quelqu’un m’avait crevé le coeur
  • je prenais quelque chose à coeur
  • j’en avais gros sur le coeur
  • j’avais le coeur brisé
  • j’étais touchée au coeur.

Toutes ces expressions font alors sens, et la caresse qu’on peut leur rendre aussi. D’ailleurs, lorsque l’on est triste, qu’on se sent mal, qu’on déprime ou qu’on est mal à l’aise, on a tendance à s’auto-serrer les bras et à se caresser l’arrière des bras. C’est une attitude qui nous permet de nous apaiser tout doucement. Tout comme bien sûr les caresses tendres d’un ami.

Pourquoi cette caresse m’a-t-elle fait autant de bien ?

  • Parce que j’ai pris le temps d’écouter ma souffrance, de lui faire une place, de lui permettre d’exister
  • parce que j’ai pris le temps de faire un geste de douceur et de tendresse envers moi-même qui vient contre-balancer le sentiment négatif que j’ai ressenti
  • parce que cette caresse est comme un temps de recueillement face à la scène qui a généré de la souffrance en moi. Je me promets alors d’agir quand je le pourrai pour lutter contre les souffrances qui m’entourent, je me promets aussi de lâcher prise quand je n’ai aucun pouvoir sur la situation

 

Si ces caresses m’apaisent, peut-être vous apaiseront-elles aussi.

Testez et revenez me dire ce que vous en pensez.

Une dernière chose. S’il vous plaît, prenez le temps de faire cette caresse. Ce n’est pas un acte à réaliser à la va-vite, parce que vous avez lu l’article et que vous êtes prête à tout essayer pour vous sentir mieux. C’est un vrai acte de don que vous faites à vous-même. C’est un geste dont vous devez être persuadée qu’il va vous faire du bien. Il n’est généralement pas nécessaire de s’isoler pour se prodiguer cette caresse qui peut se faire très discrètement.

Avec tout mon coeur,

 

Powa ♣

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager l'article
  •  
  •   
  •  
  •  
  • 52
    Partages

19 réactions au sujet de « Et puis j’ai caressé mon coeur »

  1. Mon Dieu!! c’est magnifique ce que tu as écrit!
    J’imprime et je mets ans mon bullet et surtout je vais tester!!! doucement tranquillement

    Merci quel beau cadeau d’amour pour cette nouvelle année!!

  2. Bonjour,
    Merci pour ce tendre article. Quelle belle idée ! mais pourquoi n’y avais-je pas pensé avant ?
    Très belle et douce année à toi,
    Caroline

  3. Merci pour ce moment d’apaisement , de tendresse, de douceur et de bienveillance à s’offrir a soi-même à tout moment.
    Du fond de Mon Cœur de Lumière à Ton Cœur de Lumière.

  4. Je crois que je n’ai jamais caressé mon cœur mais face aux situations qui me révoltent je fais de mon mieux pour agir : vegetarienne, car la façon dont on utilise les animaux est absolument ignoble (tendance vegan, bien sur, il faudra bien pour etre en accord avec ma conscience); la colère ou la souffrance de voir souffrir sert a cela quand meme, nous faire prendre des décisions, nous faire agir; du mieux qu’on le peut, face a notre conscience. Mais tu as bien raison de prendre soin de toi comme cela, c’est un tres joli moyen que tu as trouvé là.

    1. Oui il y a les convictions et les actes tu as raison. Mais il y aussi des choses que l’on ne maîtrise pas et c’est dans ces cas-là que ma petite technique a marché avec moi 🙂

  5. Totalement d’accord avec toi. D’ailleurs j’ai longtemps embrassé mes bras sans m’en rendre compte, je me suis même crue bête sur le moment et pourtant c’est un acte d’amour qui a du sens.
    De plus, un « exercice » que je fais notamment lors de ma méditation, c’est de me visualiser entourée par différents « moi », qui sont bienveillants et réconfortants. C’est une très belle manière de se soulager et de prendre confiance en soi, du moins en ses capacités à faire ça aux moments douloureux.

    1. Merci pour ton témoignage et cet exercice supplémentaire qui nous servira j’en suis sûre ! Je suis également allée faire un tour sur ton blog, j’adore !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

864da34681b39d93bdd21a211fa6d3be$$$$$$$$$